mercredi 5 juillet 2017

La veille de sa mort

Le Cardinal Meisner a parlé au Cardinal Müller
de sa détresse sur son licenciement




Rédigé par : Dr Maike Hickson

SOURCE : One Peter Five
Le 5 juillet 2017


À la suite de la mort subite et triste du Cardinal Joachim Meisner, le Cardinal Gerhard Müller, l'ancien Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi, vient tout juste de révéler dans une nouvelle entrevue en date du 5 juillet qu’il a parlé avec le Cardinal Meisner la nuit avant sa mort. Comme le journal Passauer Neue Presse le rapporte :

Müller a parlé au téléphone avec l'ancien Archevêque de Cologne [ le Cardinal Meisner ] la nuit précédente [avant qu’il meure le lendemain matin] ; et ils ont également parlé et du non-renouvellement de son ancienne position. Meisner s’est montré « profondément attristé » par ce renvoi. « Cela l’a ému et blessé personnellement — et il considérait que c’était une forme de dommages pour l'Église » selon le Cardinal de la Curie [Müller] qui a décrit lui-même la réaction de Meisner.

De même que nous sommes tous profondément attristés et découragés par les récents développements démoralisants dans notre Église bien-aimée, se pourrait-il que le Cardinal Meisner lui-même ait finalement été rattrapé par ceux-ci? Nous avons appris que le Cardinal Meisner est mort assis en priant son bréviaire en préparation pour le Saint Sacrifice de la Messe. Puisse-t-il reposer en paix.

Le Cardinal Müller a aussi commenté et a vivement critiqué dans cette nouvelle entrevue la conduite du Pape François en ce qui concerne son renvoi de la CDF. Selon le Passauer Neue Press :

Dans l'entrevue avec le PNP [ Passauer Neue Press ], il a expliqué que le Pape François a « communiqué sa décision » de ne pas renouveler son terme à « moins d'une minute » le dernier jour de travail de son mandat de cinq ans en tant que Préfet de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi. De plus, il [Müller] n'a reçu aucune raison. « Ce style [sic], je ne peux pas l’accepter », comme l'a souligné Müller, se distanciant clairement de la procédure utilisée par le Pape. Dans le traitement des employés, « l'enseignement social de l'Église devrait être appliqué » également à Rome.

Malgré ces vives critiques concernant la conduite du Pape, le Cardinal Müller a insisté cependant sur sa loyauté envers le Pape François. Müller ne répondra pas à la décision personnelle du Pape « avec quelques actions » a-t-il dit, en ajoutant : « Certaines personnes pensent maintenant qu'ils peuvent me mettre en face d'un mouvement [Vor den Karren spannen — un idiome qui signifie tirer un panier ou un chariot] qui soit critique du Pape ». Il continue cependant de porter en tant que Cardinal sa compréhension de « la responsabilité de l'unité de l'Eglise et d’éviter autant que possible les polarisations ». Müller explique qu’il a « toujours été fidèle au Pape » et qu’il souhaite rester fidèle à l'avenir « comme Catholique, Évêque et comme Cardinal comme c’est dû de l’être ».

Ces paroles du Cardinal Müller précisent que, même après son licenciement inhabituel, même s’il est dorénavant moins étroitement lié au Pape François, il continuera de rester fidèle au Pape et à la préservation de l'unité de l'Église au-delà de toute correction fraternelle publique ou de résistance envers les paroles et les actions du Pape — un Pape qui a causé des ravages dans l'Église sans aucun doute à un point tel qu'elle est maintenant presque méconnaissable.

En plus du Cardinal Müller, l’Archevêque Georg Gänswein est également arrivé à rencontrer le Cardinal Meisner peu de temps avant sa mort. Selon le Passauer Neue Press, Gänswein a visité Bad Füssing (près de Passau) le 2 juillet afin de donner une conférence à la « Bad Füssinger Gespräche » [ les Conférences de Bad Füssing ]. Le Cardinal Meisner lui-même avait également séjourné à Bad Fussing pour le bien de quelques récupérations et de vacances si bien que les deux se sont rencontrés en personne là-bas, mais aucun détail n'a été révélé au sujet de leur conversation.